Tokyo

Yanaka

Publié le 26/03/2018

Après un trajet de Narita à Tokyo jusqu’à notre Guest house sans nous perdre. Nos premiers pas de visiteurs à Tokyo vont se faire dans le quartier de Yanaka.

Comme il était l’heure de déjeuner, nous avons marché directement jusqu’à Yanaka Ginza, une rue piétonne pleine de charme et surtout pleines de choses à manger.




Là pour le coup, le repérage dans l’espace a été beaucoup plus difficile, surtout que personne ne parle anglais. Mais on a fini par y arriver avec de la persévérance !

On s’est ensuite perdu au gré des rues qui comptent pas moins d’une centaine de temples, juste dans ce quartier.


Et c’est là que nous les avons croisés, les fameux cerisiers, dans un endroit où l’on se rend pourtant en général le moins possible…un cimetière le Yanaka-reien. Cimetière d’une vraie beauté avec une très belle allée centrale bordée de cerisiers.


Nous avons continué quelques rues plus loin pour tomber finalement sur le parc de Ueno.

Voir les photos

Ueno

Publié le 27/03/2018

En plein weekend, le parc était noir de monde. Surtout à cette période du Hanami où tout le monde vient contempler (et photographier) les magnifiques sakura. Mais le spectacle valait vraiment le déplacement : des centaines de cerisiers en fleurs absolument PARTOUT même tout autour du lac situé au sud du parc !


Ce parc comporte également de très jolis temples également envahis de cerisiers comme le Kiyomizu kannon-do, le Gojoten-jinja ou encore le plus grand le Tosho-gu).


Après en avoir pris plein les yeux en pleine nature au milieu de la ville, il fallait bien se cultiver un peu. Pour ça nous avons choisi de visiter deux musées : le musée national de Tokyo et le musée Shitamachi.

Le premier est juste énorme. Il se divise en différents bâtiments, comportant chacun des thématiques de collections différentes. On a fait toutes les sections sauf les collections temporaires.

Bon avouons-le, nous n’avons pas lu la description de toutes les œuvres parce que clairement sinon au lieu de 3h nous aurions mis le double ! Faute avouée à moitié pardonnée ? 😊


Le second au contraire est tout petit. Il n’en est pas moins intéressant puisqu’il rend compte de la vie des Tokyoïtes avant que tout soit détruit par le grand tremblement de terre et la seconde guerre mondiale.


Voir les photos

Roppongi

Publié le 29/03/2018

Nous prenons de plus en plus nos marques dans le métro, bien qu’on ne marche plus qu’on ne prend le train ! Par ce temps magnifique, découverte du quartier de Roppongi.

A la sortie du train, direction le Zojo-ji un magnifique temple bouddhiste. Il contient des tonnes de cerisiers qui, en pleine période de floraison, accentuent la beauté du lieu.


Juste derrière le temple, se trouve la tour de Tokyo qui ressemble (non vous ne rêvez pas) à la Tour Eiffel…mais avec 13 m de hauteur en plus, histoire de faire mieux. 😊


Après une petite marche, on arrive au Tokyo Midtown , un ensemble de bâtiments regroupant des restaurants , des boutiques.., fort peu esthétique ( enfin à notre appréciation) mais qui présente un joli parc juste derrière.


Non loin de là, on trouve de nouveau un temple le Nogi-jinja, plus petit que le premier mais tout aussi charmant.


On a également mis les pieds dans un cimetière, l’Aoyama Rei-en (encore !). Mais à cette période de l’année, même les endroits les plus rebutants deviennent magnifiques grâce à la présence de toutes ces fleurs.


Poursuite de la ballade, avec un changement de décor total. Retournons à nos complexes hauts de dizaines d’étages. Afin de prendre un peu de hauteur, nous sommes allés au Roppongi Hills où se situe le musée d’art Mori ainsi que l’observatoire Tokyo city view.

Le musée d’art Mori contient des œuvres d’art contemporain mises en valeur de façon très ludique rendant la visite très drôle et agréable.


Nous voulions avoir une vue panoramique de Tokyo en prenant un peu de hauteur. Il est possible de le faire dans plusieurs tours de la ville qui comportent différents points de vue. Nous avons choisi celui-ci car il permet à la fois d’avoir la vue panoramique derrière des espaces vitrés, mais aussi d’accéder au toit et d’avoir ainsi une vue directe sur la ville.


Après ce début de journée déjà pas mal entamé, nous avons filé vers un autre quartier, Ebisu.

Voir les photos

Korakuen et Chiyoda

Publié le 28/03/2018

Nouvelle journée qui commence avec toujours un temps sublime : journée consacrée aux espaces verts.

Première visite : le Koishikawa Korakuen, un très joli jardin du 17ème siècle avec des cerisiers (encore et toujours ceux-là !) et un petit étang.


C’est tellement agréable de se balader dans ce jardin et de s’éloigner un peu de l’euphorie de la ville et surtout de la foule.

Ensuite direction le Yasukuni-jinja, un sanctuaire shintoïste qui rend hommage aux Japonais morts lors des différents guerres.


Pour s’y rendre, nous marchons dans le quartier pour finalement arriver le long d’un canal bordé lui aussi de cerisiers (c’est la thématique de la semaine) (Photo) A partir du sanctuaire, nous rentrons dans une zone touristique centrale de Tokyo et du coup la foule se densifie beaucoup, beaucoup. Pour accéder au parc Kitanomaru-koen il faut passer par la porte Tayasu-mon qui et la plus ancienne encore debout de l’enceinte du château d’Edo. Ce parc en effet se situe au sein de la forteresse du château d’Edo entouré de ces douves.


C’est également ici que se trouve le palais impérial, résidence de l’empereur protégée qui ne se visite que 2 jours par an. Le palais d’origine a été détruit lors de la seconde guerre mondiale tout comme une grosse partie de la forteresse. Il est toutefois possible de se promener dans les jardins du palais à certaines périodes de l’année : ça tombe bien on est en plein dedans ! 😊


Après toute cette marche, nous sommes allés regarder le coucher de soleil sur le canal le long des douves. Une fois la nuit tombée, des spots au sol s’allument afin d’éclairer les fleurs et d’en faire ressortir la beauté dans la nuit noire.


Voir les photos

Tsujiki et Ginza

Publié le 31/03/2018

Arrivée matinale dans le quartier de Tsujiki. De prime abord, le quartier ne donne pas vraiment envie d’y aller, mais comme posée au milieu de nulle part notre première destination apparait enfin : Le jardin Hama-rikyu Onshi teien. C’est un très beau jardin composé d’un grand étang et de quelques îlots. On y trouve de nombreux arbres et de fleurs y compris nos fameux cerisiers.


Il est toujours aussi agréable de flâner dans un jardin ou un parc en plein milieu de cette gigantesque ville surpeuplée. Cette ballade nous ayant ouvert l’appétit, direction le marché de Tsujiki pour trouver de quoi manger.

Il y a d’un côté le coin des grossistes et un peu plus loin le marché extérieur composé de tas d’échoppes où l’on a envie de tout goûter et où il y a évidemment beaucoup de monde !


Après avoir justement craqué sur des pois wasabi (super bon d’ailleurs ^^), nous avons finalement jeté notre dévolu sur une échoppe dans une rue un peu plus calme. Déjeuner du jour : soupe miso, riz, brochettes (gambas frite, tempura crevette et cake de poisson) miam 😊


Non loin de là, se trouve le temple shintoïste du marché, le Namiyoke-jinja, consacré à Inari, la divinité protectrice du commerce.

Nous avons ensuite traversé à pied le quartier de Ginza, haut lieu du shopping des grandes marques de luxe, afin d’arriver dans le quartier de Marunouchi.


Voir les photos

Marunouchi

Publié le 31/03/2018

Le quartier de la gare de Tokyo ne se situe pas très loin du Palais royal et de ses grands jardins visités hier et qui n’ont pourtant rien à voir avec tous les buildings croisés aujourd’hui.


Nous croisons en premier le Tokyo international forum, un immeuble récent tout en verre censé évoqué un vaisseau voguant sur l’océan urbain. Il y a une passerelle tout en verre où l’on peut regarder les allées et venues des passants en prenant un peu de hauteur.


Après cette session architecturale, petit tour au musée à l’Intermédiathèque que l’on a eu du mal à trouver étant caché dans un centre commercial. C’est un très joli musée, sans thématique particulière qui fait office à la fois de musée d’histoire naturelle ou encore de musée d’art contemporain. C’est un peu déroutant d’avoir au même endroit des collections aussi différentes, mais qui sont malgré tout intéressantes. Les photos y sont interdites, il va donc falloir venir voir par vous-même 😊 Juste derrière, on trouve la garde Tokyo, rénovée et agrandie pour son centenaire en 2014 car certaines de ses structures furent détruites lors de la seconde guerre mondiale.


Dernière étape de la journée : le pont Nihombashi. Ce pont en granit date de 1911. Il traverse la Nihombashi-gawa et se compose de belles sculptures de lions et de dragons. Cette beauté est malheureusement cachée par une voie express qui a été construite juste au-dessus.


Voir les photos

Ebisu et Meguro

Publié le 4/04/2018

Une fois sortis de la gare, c’est l’heure du déjeuner sur le pouce à base de plats achetés en supermarché (économies obligent). Elles ne sont franchement pas mauvaises toutes ces petites barquettes de supérette, bien que certaines saveurs soient parfois un peu déroutantes (surtout quand on ne comprend absolument rien aux étiquettes 😊 !). Côté boissons, j’ai (Célia) toujours du mal à trouver quelque chose à mon goût (excepté l’eau heureusement) et pourtant j’adore le thé et tous ses dérivés ! Mon salut viendra de Rémy et de sa bouteille fraiche de Lemon Tea : enfin une boisson au goût appréciable !

Bref, après toutes ces problématiques gastronomiques, nous avons continué à marcher jusqu’à l’Ebisu Garden Place dont l’entrée est marquée par une jolie esplanade qui aboutit ensuite au complexe composé de boutiques et de restaurants.


Non loin de là se trouve le musée de la bière Ebisu. Petit musée gratuit retraçant l’histoire de la marque depuis sa création au 19ème siècle.


Après ce petit détour, direction la vraie raison de notre visite dans ce quartier, Meguro-gawa, une rivière (enfin un canal plutôt) bordé de magnifiques cerisiers.


Enormément de monde est venu admirer la beauté des cerisiers en pleine période de floraison. De part et d’autre de la rive s’enchainent des stands de street food vendant toutes sortes de choses sucrées ou salées. Les bonnes odeurs agrémentent cette ballade au fil de l’eau.
A la tombée de la nuit, des lanternes roses s’allument comme volant au-dessus de la rivière à travers les arbres et éclairant ainsi d’une lumière rosée les jolies fleurs blanches.


Voir les photos

Asakusa et Sumida-gawa

Publié le 4/04/2018

Ces deux quartiers sont situés de part et d’autre de la sumida-gawa, et sont censés avoir gardé de leur charme traditionnel.

Commençons par le quartier d’Asakusa du côté ouest ayant comme principal intérêt le temple Senso-ji.

Le Senso-ji est le temple le plus visité de Tokyo. En effet, nous avons eu l’occasion de vérifier cela car même en ce début de matinée, les rues étaient pleines de monde. On accède au temple en passant d’abord une très jolie porte rouge, la Kaminari-mon qui donne directement sur une rue commerçante où l’on vend absolument de tout.


Au bout de cette dernière, on arrive enfin au temple et à sa majestueuse pagode à 5 niveaux. La couleur rouge vif ajoute à la beauté des divers bâtiments.


L’odeur de l’encens embaume même les environs du temple. Il brûle en effet dans un grand chaudron juste devant ce dernier et aurait même des vertus curatives.


Juste à côté du temple, on trouve un beau jardin rempli de cerisiers toujours aussi magnifiques.


L’appétit se faisant sentir, un petit tour dans les halles situées à proximité s’impose. Nous tombons finalement sur une étale remplie de brochettes diverses et variées ! Evidemment nous n’avons pas pu résister ! 😊


Il est temps de passer de l’autre côté de la rive, dans le quartier de Sumida-gawa.

Aux abords de la rivière, nous pouvons apercevoir le Super Dry Hall et la Tokyo Sky Tree.


Le premier constitue le siège de la marche Asahi et compte parmi les structures modernes emblématiques de Tokyo. L’interprétation de la « flamme » reste quelque chose de très personnel : la compagnie Asahi la compare à la mousse sur un verre de bière tandis que les habitants l’appellent « l’étron d’or ».

La deuxième quant à elle, est la plus haute tour de radiodiffusion sur pied du monde (634m). Il est possible d’y monter afin d’avoir une vue panoramique sur toute la ville. Ayant déjà été au sommet d’une autre tour et les billets étant très chers, nous nous sommes contentés de la voir de loin (de jour comme de nuit d’ailleurs et sous différentes vues).

Nous nous enfonçons un peu plus dans le quartier vers notre prochaine destination et tombons de nouveau sur des cerisiers en fleurs : ils sont vraiment partout ceux-là !


Nous voulions visiter le musée Edo-Tokyo qui est un musée incontournable à Tokyo retraçant l’histoire de la longue transition entre le Tokyo féodal et la capitale d’aujourd’hui, mais malheureusement il était fermé pour cause de rénovation.

Qu’à cela ne tienne, en route pour le musée du Sumo situé juste à côté ! C’est un petit musée qui retrace brièvement l’histoire de ce sport et expose les photos ou dessins (en fonction de l’époque) des meilleurs sumotoris. Il est situé en plein cœur du stade où se déroulent les compétitions.


Il est temps de rentrer pour se reposer, car de nouveau beaucoup de marche prévue demain pour la visite du quartier de Shinjuku.

Voir les photos

Shinjuku

Publié le 05/04/2018

Début de la visite en plein milieu du quartier des affaires à l’heure où les gens vont travailler en plus. Mais il faut avouer que rien que l’idée de savoir que nous n’allons pas travailler illumine toute notre journée ! 😊 ^^

Nous commençons donc par monter sur l’une des plateformes panoramiques que contient le bureau du gouvernement métropolitain de Tokyo.


Vue relativement décevante, car moins jolie que celle vue il y a quelques jours et surtout une sorte de nuage opaque de pollution gâchait un peu la vue.

Tant pis il faut un temps magnifique continuons la promenade. Sur le chemin, nous croisons quelques œuvres d’art public tel qu’une sculpture « Love » de Robert Indiana.


Au loin, la Mode Gakuen Cocoon Tower se distingue des autres gratte-ciel par sa forme particulière en forme de cocon d’où son nom.


Après cette session architecture, changement de registre avec le quartier de Kabukicho. C’est le quartier « chaud » le plus connu de Tokyo. Nous n’avons pas pris trop de risque en le traversant de jour. 😊 On y croise en effet des « maisons closes », des love hotels et des bars en tout genre mais rien de bien traumatisant vu de jour.


Au milieu de tout ça, comme sorti de nulle part, un sanctuaire shintoïste, le Hanazono-jinja. Petit mais joli, avec toujours la présence de nos amis les cerisiers !


On s’éloigne ensuite un peu de la ville (enfin dans la théorie pas dans la pratique) pour un peu de verdure.

Tout d’abord, petite balade dans le Shinjuku-gyoen, situé non loin de là. Balade plutôt longue finalement car ce parc est immense. Avec ses fleurs partout, ses petits ponts qui passent d’étang en étang et ses étendus de pelouse qui appellent à la sieste, on aurait envie de s’y perdre toute la journée.


Mais il est temps de s’enfoncer plus profondément dans la banlieue de Tokyo pour un autre écrin de verdure, le Inokashira-koën, situé à côté du musée Ghibli conçu par Miyazaki lui-même. Musée que nous n’avons pu visiter à notre grand regret car il doit être réservé longtemps à l’avance.

Revenons-en à notre fameux parc de 38 hectares quand même. C’est un parc magnifique où l’on a d’abord déjeuner (de manière un peu tardive) et fait une petite sieste (enfin pour Célia ^^). Pour conclure cette journée, nous avons ensuite flâné autour d’un vaste étang entouré de magnifiques cerisiers donnant l’impression de tomber dans l’étendu d’eau.


Courage, la floraison des cerisiers est presque finie on en parlera bientôt plus 😊

Voir les photos

Harajuku et Shibuya

Publié le 6/04/2018

Avant dernière journée à Tokyo et il reste tellement de choses à voir la ville étant gigantesque !

Commençons par nous rendre dans le quartier d’Harajuku pour un grand classique : la visite d’un sanctuaire shintoiste, le Meji-jingu. Et non, nous n’en avons toujours pas assez des temples et sanctuaires ! 😊 Il est décrit comme le plus grandiose sanctuaire shintoïste de Tokyo. Sa construction date de 1920 mais il a été détruit lors de la seconde guerre mondiale puis rebâti en 1958.


Après la visite culturelle du matin, direction la rue Takeshita-dori, le temple de la mode adolescente, pour un peu de shopping ! Enfin surtout pour regarder. ^^


Au-delà des nombreuses boutiques que l’on a pu croiser, on a surtout vu des tas de douceurs sucrées. 😊 On a fini par craquer pour une rainbow barbe à papa à 3 goûts différents. Miam !


On a continué à marcher dans le quartier jusqu’à « Cat street » qui n’a aucun lien avec les chats mais est juste une rue commerçante avec un peu plus de charme que la rue Omotesando qui regroupe les boutiques des grandes marques.


C’est l’heure du déjeuner. Au menu ce midi sushis et makis avec une petite douceur certainement à base de pâte de riz sucrée (toujours cette incompréhension des étiquettes 😊 ). C’était trop bon !


Il est temps de se diriger à pied vers le deuxième quartier de la journée : Shibuya.

Shibuya est un quartier très animé qui est le centre névralgique de la culture adolescente Tokyoïte. Nous sommes tombés en premier sur la gare avec la place Hachiko où se trouve la statue du même nom. Cette statue fut érigée en l’honneur d’un chien akita, prénommé Hachiko. Ce chien appartenait à un professeur qui vivait près de la gare de Shibuya. Son chien l’attendait tous les soirs au même endroit afin de rentrer ensemble chez eux. L’homme mourut en 1925, mais le chien continua de venir l’attendre tous les jours à la gare pendant les 10 années suivantes, jusqu’à sa propre mort.


De la statue, on tombe directement sur le très connu carrefour de Shibuya dont les photos vues d’en haut font le tour du monde. Les feux piétons passant au vert tous en même temps, les gens (jusqu’à plus d’un millier) traversent de toutes les directions au même moment avec une fluidité déconcertante.


Après la traversée du carrefour, nous nous dirigeons dans la rue piétonne Center-gai remplie de restaurants de magasins de prêt à porter.


Avant de rentrer, nous avons décidé de faire comme les adolescents nippons et de tester les purikura. Ce sont des cabines photographiques qui permettent des faire des clichés que l’on transforme à l’aide d’un stylo tactile de manière à obtenir un résultat tout sauf naturel. Appréciez le résultat ! 😊


Voir les photos

Akihabara et Odaiba

Publié le 6/04/2018

Dernier jour à Tokyo avant le départ pour Nikko. Pour ce dernier jour, visite de quartiers avec beaucoup de tentation shopping. Ça va être dur de résister ! ^^

On commence par se rendre à Akihabara, le temple de la culture geek mais aussi de l’électronique ! Après avoir acheté les adaptateurs de prise qui nous manquaient tant, nous sommes entrés au hasard dans l’un des nombreux magasins qui compose la rue.


Enfin un magasin, dirons-nous plutôt des magasins sur 7 étages tout de même et le tout autour du manga, du jeu vidéo etc. Il y avait tellement de choses qu’on ne savait plus où donner de la tête. J’y ai même trouvé les figurines de mon jeu vidéo préféré : Final fantasy 7 😊, que je n’ai pas acheté évidement vu le prix (être collectionneur ça coûte très cher apparemment ! ^^)


Après s’être imprégné de l’ambiance du quartier pendant 1 ou 2 heures, nous avons été au restaurant pour la première fois à Tokyo. Pas de quoi se ruiner : c’est une petite chaine sympa et pas chère. Nous avons choisi au hasard nos plats, le menu n’étant qu’en japonais et les photos assez dures à identifier. Au final bon déjeuner avec une soupe miso, une mixture blanche mousseuse et gluante à la fois que Rémy n’a pas trop appréciée et un bol de poulet assaisonné sur du riz.

Avant de nous rendre à notre dernière destination, petit détour pour voir le Sengaku-ji. C’est un temple bouddhiste, célèbre pour les tombes qu’il contient : celle d’un célèbre samouraï Asano Naganori et celles de ses 47 ronins qui vengèrent la mort de leur maître en tuant celui qui en été à l’origine.


Après cette visite funeste, et la recherche fructueuse du bon arrêt de bus, nous voilà dans le Rainbow bus direction la baie de Tokyo. Il y a une petite promenade le long de la baie et de la plage qui se termine au niveau d’une réplique de la statue de la liberté. Oui il y a une plage, artificielle certes mais une plage quand même, ce qui reste assez étonnant quand on la voit entourée de tous ces buildings. On a même eu le droit au coucher du soleil sur la baie.


De nuit, le pont en arrière-plan, le fameux Rainbow bridge s’illumine tout comme la statue de la liberté apportant toute sa beauté à la baie de Tokyo illuminée.


Après tout ça, on se fait le deuxième restaurant de la journée. C’est la folie pour ce dernier jour :p, surtout que celui-là il n’est pas du tout bon marché mais bon les sushis et les makis sont juste délicieux alors ça valait le coup.


Et voilà Tokyo c’est fini pour nous. Dernière nuit à la Guest house avant le départ pour l’inconnu.

Voir les photos

Dernière vraie journée à Tokyo

Publié le 8/04/2018

Finalement le programme a un peu changé 😊 On a décidé de passer une journée et du coup une nuit de plus à Tokyo, non pas pour visiter mais pour avancer sur nos articles et régler quelques petits détails administratifs. On n’a finalement pas avancé tant que ça, je vous dirais pourquoi par la suite.

Qui dit nuit de plus, dit logement à trouver car notre réservation était terminée. On s’est renseigné auprès de nos hôtes pour savoir s’ils n’avaient pas une chambre de libre : Guest house complète. Finalement 1 heure après, ils nous disent que c’est bon : il y en a une qui s’est libérée. Génial ! On part l’esprit léger vers la poste pour envoyer nos lettres et faire un petit détour vers un 100yens shop où on trouve des tas de babioles pour la modique somme de 100 yens (77 centimes avec le cours actuel).

A notre retour, on apprend que finalement c’était une erreur qu’il n’y a pas de chambre de libre. Outch il est déjà presque 18h ça va être dur de trouver un plan B. Nos hôtes nous expliquent qu’ils ont une autre guest house en banlieue plus éloignée de Tokyo et que Tom (le mari) peut nous y amener en voiture. Il nous explique qu’il doit aussi accompagner d’autres personnes dans l’autre maison, mais qu’avant il doit faire un détour vers l’aéroport afin qu’ils puissent récupérer leurs bagages qui n’avaient pas suivis. Bon pour 22 euros à deux la chambre pour une nuit où on voulait juste travailler et dormir, on ne va pas faire les difficile.

Nous voilà donc en route pour une voyage de nuit vers l’aéroport d’Haneda au sud de Tokyo. Bonne surprise, la famille (un couple et leurs deux filles adolescentes) qui doit aller récupérer ses bagages est suisse et parle français du coup ! On discute un peu pendant le trajet, ils sont très sympathiques. Les bagages sont rapidement récupérés et demi-tour pour se diriger vers la nouvelle maison (1h de trajet). On arrive finalement dans le quartier d’arrivée aux alentours de 20h30. Tom nous demande ce que l’on veut manger ce soir. Il nous propose finalement d’aller au supermarché que lui s’occupait d’acheter des boissons et que nous achetions ce que nous voulions manger.

Nous ne savions pas que ces courses annonçaient une soirée tardive !

Arrivée à la guest house, on prend possession de nos chambres et Tom nous presse pour se regrouper tous dans la cuisine afin de trinquer. Entre temps, s’est joint à nous un Tunisien (qui parle aussi français youhou) qui vit ici depuis 2 mois dans l’attente de l’obtention de son visa de travail. C’est l’heure de trinquer ! Kampai ! Kampai ! Tom avait acheté du Saké, du vin rouge japonais et de la bière japonaise. Autant dire qu’on a fini par tous discuter toute la soirée autour de plusieurs verres jusqu’à 2h du matin. Seuls les suisses nous ont quitté un peu plus tôt devant partir à 6h pour le mont Fuji.

Et voilà comment à défaut d’avancer sur le site, nous avons passé une super soirée ! 😊

Demain c’est le vrai départ pour Nikko et le début de l’aventure sans logement ni transport prévus.

A bientôt pour de nouvelles aventures.

Voir les photos