Nikko

Nikko

Publié le 11/04/2018

Après 2 heures de train, changement de décor, nous voilà à Nikko à environ 150km au nord de Tokyo.

Arrivés en fin d’après-midi, il nous faut trouver où dormir cette nuit. Nous décidons de marcher pour faire le tour de la ville afin de trouver un endroit un peu isolé pour ne pas se faire remarquer. Après de multiples hésitations, nous choisissons finalement de poser notre tente au bord de la rivière en contrebas des habitations non loin de là.


On monte la tente à la nuit tombée et on part tôt le matin au lever du soleil. Bilan : 3 nuits où personne ne nous a rien dit. La gare voisine quant à elle, nous sert de sanitaire et de spot wifi.

Après une première nuit, il est temps de commencer la visite des multiples temples et sanctuaires qui inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. Vu le nombre de temples que l’on a pu visiter sur une seule journée, nous ne citerons pas tous leurs noms au risque de vous perdre définitivement 😊

Tout commence par un joli pont rouge traversant la Daiya-gawa érigé à l’endroit sacré où Shonin Shodo (un moine bouddhiste considéré comme le fondateur de la ville) aurait traversé la rivière sur le dos de deux serpents géants.


Une statue à son effigie est d’ailleurs érigée dans l’enceinte de l’un des temples de Nikko.


Le sanctuaire le plus visité est le Tosho-gu. Un sanctuaire immense composé de dizaines de structures plus jolies les unes que les autres où l’on entre par l’Omote-mon, l’entrée principale composée de deux rois Deva destinés à la protéger.


Comme structures représentatives du sanctuaire, on trouve le Shinkyusha orné de sculptures allégoriques de singe dont la célèbre symbolisant les trois principes du bouddhisme Tendai : « Ne pas regarder le mal, ne pas le dire, ne pas l’écouter ».


Il y également la porte du coucher du soleil, Yomei-mon, qui vient tout juste d’être rénovée.


On note aussi une petite sculpture en bois connue dans tout le pays pour son réalisme époustouflant : le Nemuri-neko ou chat endormi.


Nous avons continué à nous balader au cœur de cette forêt à la découverte d’autres temples et sanctuaires arborant tous de magnifiques couleurs vives et des détails d’une vraie beauté.


Nous sommes ensuite aller faire un tour le long de la rivière Daiya-gawa qui longe un très joli sentier jalonné de statues jizo, qui sont des petites représentations bouddhiques en pierre à l’effigie du protecteur des voyageurs et des enfants.


Retour en ville pour une nouvelle nuit sous la tente avant de partir à la découverte des environs de Nikko le lendemain.

Voir les photos

Chuzenji-Onsen

Publié le 13/04/2018

Après une bonne nuit de sommeil et un bon petit déjeuner, il est temps de tester pour la première fois de notre vie, l’autostop. Nous n'avons pas une grande distance à faire, une douzaine de kilomètres, mais sur une route sinueuse de montagne ça peut vite devenir long à pied et le bus est trop cher. Allez faut se lancer. On récupère du carton auprès du vendeur du Konbini qui a en plus, malgré sa totale incompréhension de l’anglais, la gentillesse de nous écrire notre destination en Kanji.



Nous voilà donc paré d’un magnifique écriteau. On trouve la bonne route, dans le bon sens de circulation, à un endroit où les voitures peuvent s’arrêter sans gêner la circulation et c’est parti pour de grands sourires ! 😊 On se sent un peu gêné au début mais la sensation passe vite, surtout que 15 min plus tard quelqu’un nous fait de grands signes de sa voiture. Youpi ! Nous voilà partis pour 30 min de route avec un pompier hyper sympa et qui parle un petit peu l’anglais.


Il est 8h du matin quand on arrive à Chuzenji-Onsen. On quitte après de multiples remerciements notre accompagnateur pour se diriger vers la première visite de la journée : la cascade Kegon-no-taki. Ils ont pensé à tout en aménageant un ascenseur (qu’il faut payer bien évidement) qui permet d’accéder à une plateforme d’où l’on a une superbe vue sur la cascade.


Juste à côté, nous avons trouvé un restaurant avec des tables et des bancs à l’extérieur et surtout une prise électrique juste à côté. Du coup, on a passé la matinée au soleil à travailler un peu sur le site. Après un bon riz au curry, nous avons repris les visites. Tout d’abord le temple bouddhiste, Chuzen-ji Tachiki-kannon situé sur la rive est du lac Chuzen-ji. Joli temple où l’on a eu le droit à une très belle visite guidée par les moines, le tout en japonais !


Nous avons ensuite marché le long du fameux lac afin de rejoindre un camping situé tout près du point de départ de la randonnée du lendemain.


Sur le chemin, on a croisé un sanctuaire shintoïste cette fois-ci.


Arrivés au bout de notre ballade, on suit le panneau indiquant notre fameux camping. On passe un grillage ouvert, mais l’endroit semble complètement désert. On continue de marcher à la recherche de quelqu’un qui pourrait nous orienter. Nous tombons finalement sur une porte fermée par un simple petit loquet qu’il suffit de tirer. Voyant des gens de l’autre côté, nous décidons de passer. Nous demandons notre chemin mais personne ne nous comprend. Nous tombons finalement près d’une entrée sur une dame, ne parlant pas un mot d’anglais elle non plus, qui fut très étonnée en nous voyant. En effet, en lisant les tarifs à l’entrée, nous avons alors compris que nous étions dans une sorte de ferme explicative autour des poissons, dont l’entrée était payante. Tant pis on lui parle quand même de notre camping, enfin on lui mime plutôt et on comprend alors que c’est fermé !

Pour se consoler, nous allons jeter un coup d’œil à la cascade Ryuzu-no-taki située non loin de là.


L’endroit où l’on se trouve est complètement désert. Seuls quelques voitures passent sur la route et viennent troubler la quiétude de l’endroit. Au moins ce soir, nous n’aurons pas à nous poser des tas de questions concernant l’endroit où poser la tente.


Voir les photos

Yumoto Onsen

Publié le 13/04/2018

Première nuit où nous n’avons pas très bien dormis à cause du froid principalement. On avait prévu un petit truc léger à manger la veille, mais ce matin il n’y a absolument aucun endroit où acheter à manger et on a faim ! On attend de voir si les boutiques près de la cascade ouvrent mais à 8h30 toujours pas de mouvements. Nous avions prévu de rejoindre Yumoto Onsen par une randonnée de 3 heures mais on ne se sentait pas de le faire à jeun. Du coup changement de plan : On prend le bus jusqu’à Yumoto Onsen et on fera la randonnée dans l’autre sens. C’est parti, en 20 min de bus nous voilà arrivés. Le village est charmant mais une nouvelle fois c’est le désert complet, aucune âme ne semble y vivre.


Il fait froid (il y a même encore de la neige) mais le ciel est magnifique et le soleil nous réchauffe. On tombe finalement sur un office du tourisme qui est ouvert où l’on prend une carte. Le seul Konbini du village est ouvert ! Génial on peut acheter à manger.

On fait ensuite la tour de la « ville » en ne croisant personne. Nous sommes en quête d’un onsen pour prendre une douche et surtout pour se prélasser dans une source d’eau chaude naturelle. Ils sont tous indiqués sur notre plan mais aucun n’est ouvert malgré l’odeur d’œuf pourri du souffre qui envahi tout le village. A première vue, même en avril on est en hors saison. On fini par croiser une dame qui nous en indique un qui serait ouvert.

Une fois à l’intérieur, les espaces sont non mixtes. Nous sommes tout seul chacun de notre côté, mais quel plaisir de se retrouver dans un tel endroit sans personne d’autre autour, de prendre une bonne douche et de se détendre dans un bain chaud (très chaud !). Dans l’espace « déshabillage », il y a des tas de crèmes : pour les pieds, le cuir chevelu, les fourches etc...et surtout un fauteuil massant !

Après la détente c’est parti pour la marche. Le lac Yu-no-ko est tout simplement magnifique surtout avec ces montagnes encore enneigées en arrière-plan.


Nous nous rendons malheureusement compte que notre chemin de randonnée initialement prévu est fermé à notre grand étonnement. Nous décidons alors de contourner par la route qui, à quelques tronçons près, suit le même chemin. Non longeons donc le lac en direction de la cascade Yu-daki et voyons qu’en effet le chemin de randonnée n’est pas praticable à cause de la neige qui l’envahi encore.

Nous arrivons ensuite à la fameuse cascade haute de 75m.


Nous continuons de marcher le long de la route mais 30km nous séparent de Nikko, notre destination finale pour cette fin de journée. On profite alors de la présence d’un magasin pour nous faire écrire en Kanji la destination et nous voilà sur le bord de la route. Les voitures sont beaucoup moins nombreuses que ce matin vu notre localisation. On décide de chercher à retourner à Chuzenji-Onsen plus près de notre position actuelle que Nikko. Bingo, un homme seul s’arrête au bout de quelques minutes et il parle anglais ! Nous nous faisons déposer et reprenons le stop pour Nikko. A peine installés, un couple de jeunes japonais s’adresse à nous et nous explique qu’ils peuvent nous déposer dans 30 min le temps qu’ils finissent leur visite de la ville. Pas de soucis pour nous bien évidemment !


Retour à la gare de Tobu-Nikko au même endroit qu’à notre arrivée il y a 3 jours. Une dernière nuit sous la tente et un dernier verre avant de quitter cette région !


Voir les photos