Péninsule d'Izu

Péninsule d'Izu

Publié le 10/05/2018

Après une courte nuit où il faisait malgré tout un peu frais, il est temps de se diriger vers la Péninsule d’Izu. Nous commençons le stop tôt ce matin à Hakone mais il y a peu de passage. Heureusement la chance nous sourit à nouveau et un homme s’arrête au bout d’une demie heure. Il nous dépose à la gare de Mishima et nous prenons le train pour Shuzenji-Onsen. C’est une petite localité thermale avec beaucoup de charme.


Nous visitons le Shuzen-ji, un temple fondé il y a plus de 1200 ans par l’un des principaux propagateurs du bouddhisme au Japon.


Nous prenons le temps de nous détendre par la suite en allant au Onsen, ce qui nous permet également de prendre une douche. Au bord de la rivière traversant la ville se trouve un bain de pied à l’eau chaude très agréable.


Nous y avons rencontré un couple de japonais qui ne parlait pas un mot d’anglais, mais avec qui nous avons malgré tout bien rigolé. Ils nous ont même fait manger du poisson séché et des rice crakers japonais.


Le temps commençant à se gâter, nous trainons dans le konbini afin de trouver un endroit où dormir ce soir. Conclusion de notre concertation : rien dans la région, il faut changer de ville. Notre panneau sous le bras pour aller faire du stop , un homme nous interpelle mais ne parle pas l’anglais. Il nous fait signe de le suivre et pour une raison inexpliquée nous décidons de le suivre malgré l’apprentissage par nos parents du « il ne faut jamais suivre un inconnu ». ^^ Ouf, il ne s’agit ni d’un voleur ni d’un tueur en série, juste quelqu’un d’inquiet qui nous avait repéré entrain de trainer dans le konbini. Une fois sa femme (qui parle très bien l’anglais) rentrée du travail, ils nous ont invités à passer la nuit chez eux et nous ont préparés un délicieux repas. C’était une soirée juste magique ! Nous étions même tous émus de nous quitter le lendemain matin.


Mission de cette nouvelle journée : Se rendre à Ito pour rejoindre une maison d’hôte repérée dans le guide et y passer les 2 prochaines nuits à l’abri de la pluie. Après 15 min d’attente le carton en main, une voiture s’arrête. Figurez-vous que la chance étant toujours avec nous, il s’agit de quelqu’un qui travaille justement dans cette fameuse maison d’hôte ! Avant d’aller à Ito, il se rend à sa session de Zazen quotidienne au temple de Shuzen-ji visité la veille et nous embarque avec lui. Mais qu’est-ce que le Zazen ? Il s’agit de méditation assisse pratiquée dans le bouddhisme zen. Après un petit briefing en anglais de ce qu’il faut faire, c’est parti pour 30 min de méditation dans une posture d’assise très précise, le dos bien droit, les yeux mi-clos, les mains dans une position précise et le tout face à un mur.


Honnêtement, à la fin la posture devient très difficile à tenir lorsque l’on est pas habitué, mais c’était intéressant de tester et de découvrir quelque chose de nouveau. Surtout qu’après la méditation, tout le groupe se réuni en présence d’un moine autour de l’explication d’un texte pendant 30 min. Nous n’avons certes absolument rien compris, bien que j’ai (Célia) été interpelée devant tout le monde par le moine qui m’a expliqué parler du « being » et donc du « céliaing ». C’est le petit moment de gène dans ta vie où tu te sens déjà différent de tout le monde et où ce même « tout le monde » rigole en te regardant dans une langue que tu ne comprends pas. A ce moment-là tu te demandes « mais pourquoi il n’a pas choisi mon voisin de gauche à ma place ! alias Rémy ». Après tout ça, on a échangé avec des tas de gens autour d’un thé et d’une petite douceur (et oui ça creuse de méditer sur l’existence humaine 😊). Nous avons même été conviés à déjeuner avec eux dans un restaurant de sashimi. Notre accompagnateur initial nous a ensuite gentiment montré comment était cultivé le wasabi après avoir dit qu’on adorait ça, enfin surtout Célia.



Fin de la journée visite, il est temps de se diriger vers Ito. Ito est une station balnéaire assez calme en hors saison. Nous avons pu profiter du mauvais temps pour nous reposer un petit peu pendant 2 jours.


On continue de faire le tour de la péninsule d’Izu avec comme mission de ne faire que de l’auto-stop. 45 minutes d’attente seront nécessaires pour quitter Ito, mais l’attente valait vraiment le coup vu la personne merveilleuse sur qui nous sommes tombée. Il ne parlait que quelques mots d’anglais et a malgré tout passé près de 4 heures avec nous : il nous a invité au restaurant, nous a acheté un tas de choses à manger dont de la pâtisserie et de la boulangerie, nous a fait visiter quelques endroits avant de nous conduire à notre destination finale. Décidément nous ne croisons que des gens adorables dans cette région.


Nous profitons alors de la fin de la journée pour faire le tour du Mont Omuro, un cratère éteint, auquel on accède par un télésiège.


Non loin de là, se trouve un camping gratuit mais surtout officiel : nous allons enfin pouvoir installer notre tente avec de la lumière sans guetter la moindre personne qui passe et surtout ne pas se lever à 5h du matin : ça change de d’habitude. Aujourd’hui randonnée d’environ 10 kilomètres le long des falaises de la côte de Jogasaki formées par les coulées de lave de Volcan Omuro visité hier. Mais avant d’y arriver, il nous faut déjà parcourir les 5 kilomètres nous séparant de la côte. Beaucoup de marche prévue mais les paysages en valent vraiment la peine. Le chemin serpente le long des falaises au milieu de la forêt où nous croisons 2 ponts suspendus pour finalement arriver dans un petit village de pêcheur qui marque la fin du sentier.


Nous rejoignons alors la route pour nous rendre à notre prochaine destination. Encore une fois, peu d’attente : une mère avec ses deux enfants trop mignons nous embarque dans sa voiture pour nous déposer 30 kilomètres plus loin dans un konbini en face de la plage. 😊


Après une nuit dans une auberge de jeunesse au confort sommaire, à l’air envahi par l’odeur de la weed et repaire de surfeurs malgré tout hyper sympathiques, c’est l’heure d’aller à la plage de Shirahama !! 😊 L’eau est gelée, personne ne se baigne sans compter les multiples surfeurs en combinaison mais bon on se dit que quitte à être là autant y aller. C’était dur d’y rentrer mais une fois dans l’eau on s’est éclaté !


Au-delà de la baignade, sur la plage on trouve également un magnifique Torii appartenant au Shira-hama-jinja.


Nouveau levé de pouce et hop nous voilà à Shimoda un joli port très calme qui fut l’un des trois ports ouverts aux occidentaux après la signature de la convention de Kanagawa en 1854.


Après une ballade dans la ville, la journée est déjà pas mal entamée et il nous reste encore deux destinations pas très éloignées. Grâce à une mamie très rigolote dont le fils a vécu plusieurs années en France, nous arrivons à la première : Ohama beach, une longue plage superbe et en plus pratiquement déserte.


Pour notre dernière destination, deux chauffeurs seront nécessaires pour enfin ariver à Rendai-ji où se situe un onsen abritant le plus grand bain en bois du Japon. Bain qui, de surcroit, est mixte ce qui est peu fréquent. Il faut avouer que ça fait un peu bizarre au début de se retrouver nus au milieu de tellement de gens (surtout quand on est les seuls « étrangers »), mais on se détend vite et on apprécie de pouvoir profiter tous les deux du onsen étant habituellement dans deux espaces séparés. Dans le vestiaire après le bain, ma « voisine de panier en osier où l’on dépose ses affaires » commence à me poser des questions et on se met à discuter. Je lui demande au passage si elle sait où trouver un konbini mais à première vue ici il n’y absolument rien. On se dit aurevoir et la nuit tombant Rémy et moi se demandons où l’on va bien pouvoir manger et dormir ce soir. Nous décidons de retourner à Shimoda à environ 3km de là. Ce n’est pas très loin mais il fait pratiquement nuit et nous ne savons pas vraiment où on est. Nous commençons à marcher. Une voiture s’arrête à côté de nous et j’entends : Konbini ! Konbini ! Il s’agit de la femme à qui j’ai parlé dans le vestiaire, avec son mari et son fils. Ils ont eu la gentillesse de nous déposer à Shimoda où l’on a pu manger dans notre fameux konbini et trouver un petit coin de verdure où installer notre tente. Nouvelle journée qui commence avec comme objectif de découvrir le côté ouest de la péninsule. Nouvelle séance d’autostop en plein soleil qui commence, on commence à avoir l’habitude. Après une grosse demie heure d’attente, une voiture s’arrête. Nous nous faisons déposer à Matsuzaki qui va se révéler être une ville relativement décevante.


Nous nous promenons un petit peu malgré tout mais ne nous attardons pas. Nous avons quand même réussi à croiser dans un konbini pendant la pause déjeuner, le caissier d’un autre konbini où nous nous étions arrêtés à Shirahama. Il nous a tout de suite reconnu : d’un côté un couple d’européen mal fagoté, avec de gros sacs à dos et qui trainent dans les konbini en attendant la nuit pour poser leur tente, ça ne doit pas courir les rues ! ^^ Nouveau carton, Nouvelle voiture, Nouvelle destination : la côte de Dogashima, qui selon le guide est spectaculaire. En effet, les formations rocheuses sont impressionnantes et les paysages magnifiques.


On a même fait une petite ballade en bateau de 20 minutes pour voir de plus près le Tensodo qui forme une ouverture naturelle dans le plafond d’une grotte.


Fin de journée et nous avons le droit à un magnifique coucher de soleil pour marquer la fin de notre premier mois au Japon.


Fin du premier mois de voyage mais aussi dernière nuit sur la péninsule d’Izu. Ce soir on plante la tente sur la pelouse d’un musée mais on y a fait attention ! 😊 Réveil matinal pour une dernière session de stop dans la région. La chance nous sourit de nouveau : assez rapidement un homme nous prend dans sa voiture et nous amène à Mishima notre destination en nous offrant au passage un thé et un café glaçé ! Voilà la boucle est bouclée et nous avons reussi à nous déplacer sur 186 kilomètres autour de la péninsule en autostop : c’est peu en soit mais c’est juste énorme pour nous surtout en termes de rencontres faites ! 😊


Prochaine destination : la région des cinq lacs du Mont Fuji. On va enfin voir de plus près le plus haut sommet du Japon ! A bientôt pour de nouvelles aventures.😉

Voir les photos